GreenTech : Merci Raymond, la main verte des espaces urbains

Merci Raymond est une startup éco-responsable qui a à cœur de végétaliser les espaces urbains mais pas que ! En effet, la startup propose d’allier la végétalisation au design. Plusieurs créations vertes font déjà partie de son portefeuille : un cocon végétal en plein cœur du campus de startups Station F, un lustre végétal alliant bois et lierres au Kube Hôtel etc. Une superbe startup à découvrir dans ce qui suit ;)

 

La petite histoire

  • Comment j'ai eu cette idée business

Petit-fils d’agriculteur et originaire du sud-ouest de la France, le respect de la terre et du végétal ont toujours été très importants pour moi. Aussi, j’ai longtemps vécu à la campagne, entouré de verdure, avant de rejoindre la ville lors de mes études supérieures. J’ai toujours apprécié la vie de citadin et le dynamisme des centres urbains malgré leur manque d’espaces verts. Mon expérience professionnelle au sein du Conseil national du numérique (CNNum) m’a permis de réaliser l’importance de la révolution numérique avant de comprendre qu’une autre révolution était en train d’émerger : la révolution verte. Il m’a alors paru évident de passer à l’action en jardinant dans les villes pour leur redonner une touche de vert. C’est ainsi que Merci Raymond a vu le jour en 2015.

  • Pourquoi je me suis lancé en entrepreneuriat

Les villes manquent d’espaces verts et Paris ne déroge pas à la règle : selon un rapport du MIT établi à l’aide de Google Earth, la capitale française dénombre seulement 8% d’espaces végétalisés, après Londres (12%) et Montréal (25%). Le vert a donc disparu de nos champs de vision alors même que la population devient de plus en plus urbaine : selon l’INSEE, 80% de la population le sera en 2030. Encouragé par les retours unanimement convaincus des différents acteurs avec qui j’ai pu échanger sur mon projet, j’ai décidé de créer Merci Raymond dans le but de ramener la nature et le jardinage en ville et dans l’espoir d’engager le maximum de personnes dans cette dynamique.

LiliGarden-KubeHotel-plante-stabilisée-mur-vegetal-lustre

Pitch Minute

  • L'équipe fondatrice

Hugo Meunier, 28 ans, cofondateur, diplômé de l’Université Panthéon Sorbonne en droit du numérique. A travaillé sur le rapport Ambition Numérique de la France au sein du Conseil national du numérique (CNNum) avant de fonder deux startups : Le Marché de Raymond en 2014 et Merci Raymond en 2015.

Antoine Baume, cofondateur. Après une formation en communication, relations publiques et marketing, a commencé sa carrière dans le milieu de la publicité digitale et du planning stratégique au sein d’agences de renom telles que Publicis, Reload ou Darewin. Il rejoint Merci Raymond en tant qu’associé début 2016 et fonde en parallèle l’agence de communication Raymonde.

Guillaume Hadjigeorgiori, associé et directeur du développement, diplômé d’un master en Management et Entrepreneuriat. Il s’est lancé dans l’entrepreneuriat durant ses études avec le lancement d’une application mobile de dating. Il a ensuite travaillé dans la vente d’applications mobiles dédiées aux festivals, puis chez BETC avant de rejoindre Merci Raymond en tant qu’associé début 2016.

  • Date de création & siège social

Merci Raymond a été créé en octobre 2015 à Paris

  • Concept

Startup éco-responsable rassemblant jardiniers et créatifs pour pour créer des espaces dédiés à l’agriculture urbaine.

image

  • Comment ça marche ?

L’offre de Merci Raymond se décompose en trois typologies d’actions :

Le développement d’une végétalisation urbaine durable pour réintégrer le vert dans les villes (végétalisation d’espaces publics, rooftops, terrasses, stores, bureaux, etc).

Le développement de l’agriculture urbaine, en créant des lieux de production permettant de favoriser une consommation de produits en circuit court mais également en menant des ateliers pédagogiques pour que chacun devienne acteur du green à son niveau.

La mise en place d’ateliers et de formations au jardinage, afin de stimuler la main verte des citadins et ainsi favoriser la création de lien social.

  • Taille & pertinence du marché

Depuis les années 2000, le marché du Do It Yourself (DIY) est en forte progression, et représente aujourd’hui 95 milliards d’euros (Selon l’ObSoCo - Observatoire Société et Consommation)

  • Pourquoi ça marchera ?

Notre démarche de végétalisation des villes apporte plusieurs bénéfices.

Nos projets d’agriculture urbaine permettent de développer la logique de consommation en circuits courts à travers la mise en place de potagers urbains. Alors que les consommateurs cherchent de plus en plus à connaître la traçabilité des produits qu’ils achètent, ce modèle est de plus en plus recherché aujourd’hui.

Nos actions de végétalisation des espaces de travail sont à l’origine de nombreux bénéfices pour les salariés. Selon l’étude Human Space, les plantes permettent ainsi d’augmenter la productivité de 6% et le bien-être au travail de 15%. Elles réduisent également l’absentéisme des équipes de 10%, augmentent l’envie de passer du temps sur son lieu de travail et permettent de s’approprier l’espace, en faisant du bureau un véritable lieu de vie.

Nos créations ont un impact positif sur l’environnement. Face aux pics de pollution, la nature est une solution primordiale pour refaire des villes des espaces de bien-être. Une plante suffisant à dépolluer 10m², nos réalisations contribuent donc à réduire, à leur échelle, l’empreinte carbone.

Capture decran 2017-07-20 a 10.56.35 0

A l’heure du digital, où tout s’accélère, il est nécessaire de revenir à l’essentiel : la terre. Le jardinage est un vecteur de valeurs universelles et permet de fédérer et de créer du lien social à travers une pédagogie sur la patience, la transmission des savoirs, la connexion sociale ou encore la confiance en soi. Nous collaborons ainsi avec des associations, telles que Le Carillon, en apprenant le jardinage aux sans-abris afin que ceux-ci puissent reprendre une activité. Nous menons aussi des projets revégétalisation dans les milieux défavorisés, tels que La Grande Borne, et organisons des ateliers pédagogiques dans le but de recréer du lien social.

  • Concurrents et différenciation/atouts

Nous avons quelques concurrents historiques tels que Jardins de Gally ou Topager. D’autres plus petits acteurs coexistent sur ce marché tels Bergamotte, Pampaflower, Paris Pousse ou encore La Grande Serre. Mais ces derniers sont presque uniquement axés sur la vente de plantes et risquent de se faire dépasser par les grands acteurs e-commerce du jardinage. En comparaison, Merci Raymond intègre une importante pluridisciplinarité, avec des profils aux compétences très variées dans nos équipes. Nous sommes ainsi en capacité d’intervenir sur un grand nombre de projets très différents.

  • Financement

Merci Raymond fonctionne à ce jour sur la base de l’autofinancement.

  • Site web

Par ici pour découvrir ce service! 

  • Chiffres Clés et Prévision Chiffre d'Affaire

Depuis sa création en 2015, Merci Raymond a déjà fédéré plus de 3000 mains dans la terre, végétalisé 5000m2 d’espaces urbains dans 8 villes françaises et planté 15 000 végétaux en milieu urbain. Parmi ses réalisations les plus emblématiques : la végétalisation de 12 000m2 d’espaces de coworking NEXTDOOR, la revégétalisation des restaurants bio EXKI, du KUBE HOTEL et celle de la Gare maritime de Cannes à l’occasion du festival CanneSeries, mais aussi la végétalisation des 35 000m2 de l’incubateur Station F et la création du 1er cube végétal dédié à la déconnexion naturelle. Le nombre de projets sur lesquels nous avons travaillé en 2017 ainsi que notre chiffre d’affaire ont plus que doublé comparativement à l’année précédente.

  • Prochaines étapes du projet

Notre ambition première est de devenir l’acteur incontournable de la révolution verte en France. L’un des vecteurs que nous souhaitons principalement développer est celui de l’agriculture urbaine. En effet, les perspectives d’évolution dans ce domaine sont grandes, notamment avec le développement des potagers intelligents. Nous souhaitons ensuite changer d’échelle et créer un réseau d’acteurs afin de travailler davantage au niveau européen.

image2

Recevoir notre Zapping